L’apnée obstructive du sommeil

L’apnée obstructive du sommeil est un trouble respiratoire courant lié au sommeil, caractérisé par des interruptions et un arrêt de la respiration pendant le sommeil, souvent accompagnés de ronflements bruyants, de halètement ou d’étouffement.

Qu’est-ce que l’apnée obstructive du sommeil ?

L’apnée obstructive du sommeil est un trouble respiratoire commun mais significatif lié au sommeil, caractérisé par des interruptions du sommeil causées par des obstructions partielles ou complètes des voies respiratoires pendant le sommeil. Une apnée est un arrêt complet du flux d’air. Une hypopnée est un arrêt partiel du flux d’air.

Les muscles et les tissus des voies aériennes supérieures se détendent et perdent une partie de la tension musculaire importante pour maintenir la perméabilité ou rester ouverte pendant le sommeil. Lorsque les tissus et les muscles se détendent, la gravité aide souvent davantage et crée une obstruction ou un blocage qui empêche la circulation d’air se produire correctement. Le ronflement se développe lorsque certains des tissus détendus vibrent dans les voies respiratoires supérieures.

Comme les voies respiratoires sont obstruées (partiellement ou complètement), l’air inhalé ne peut pas atteindre les poumons, ce qui peut alors entraîner une diminution du niveau d’oxygène dans le sang. La diminution des niveaux d’oxygène dans le sang est appelée hypoxémie. Les niveaux d’oxygène commençant à diminuer, le cerveau et le cœur réagissent. Souvent, la fréquence cardiaque d’une personne augmente pour essayer d’augmenter la quantité de sang qui est délivrée et le cerveau subit un réveil ou un bref réveil du sommeil. Le corps réagit en essayant de retrouver une respiration normale pour une bonne oxygénation.

Le cycle répétitif qui se produit avec l’apnée obstructive du sommeil (événement respiratoire, diminution de l’oxygénation, excitation du sommeil) peut laisser une personne fatiguée même après une nuit complète de sommeil. Tout au long de la journée, une personne peut également éprouver des maux de tête le matin, des difficultés de concentration ou une somnolence diurne excessive. De plus, la carence chronique en oxygène pendant le sommeil peut entraîner des risques supplémentaires pour la santé tels que l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, l’obésité et la dépression.

Les symptômes de l’apnée obstructive du sommeil

En tant que trouble respiratoire lié au sommeil, l’apnée obstructive du sommeil partage des symptômes avec d’autres troubles de cette catégorie, comme l’apnée centrale du sommeil et l’apnée complexe du sommeil. L’apnée du sommeil complexe est une combinaison d’apnée du sommeil centrale et obstructive – les interruptions respiratoires résultent à la fois d’une obstruction des voies respiratoires et de problèmes neuromusculaires.

L’apnée du sommeil peut provoquer un laryngospasme lié au sommeil, dans lequel le dormeur se réveille soudainement avec une sensation d’étouffement. Toutes les tentatives de parler sortent comme une respiration sifflante. Les personnes qui ont ces spasmes ont souvent un reflux gastro-œsophagien, ce qui pourrait indiquer un lien entre ces troubles.

Les autres symptômes de l’apnée obstructive du sommeil comprennent :

  • Ronflement bruyant
  • Étouffement, pulvérisation ou respiration haletante pendant le sommeil
  • Somnolence diurne excessive
  • Bouche sèche
  • Maux de tête matinaux
  • Pression artérielle élevée
  • Transpiration nocturne
  • Gain de poids
  • Libido réduite
  • Changements d’humeur
  • Dépression

Les symptômes des troubles respiratoires liés au sommeil comme l’apnée obstructive du sommeil s’aggravent pendant l’hiver. Cela peut être dû à des allergies et à une prise de poids saisonnière (de nombreuses personnes prennent du poids en hiver). Des conditions météorologiques telles qu’une pression atmosphérique élevée (plus courante en hiver), une humidité élevée (plus courante en été) et du monoxyde de carbone (plus fréquent dans les zones urbaines) peuvent aggraver les symptômes de l’apnée du sommeil. La saison du rhume et de la grippe culmine pendant les mois d’hiver, de sorte que l’augmentation saisonnière des infections respiratoires et des irritations peut déclencher des symptômes d’apnée du sommeil.

Qui souffre d’apnée obstructive du sommeil ? Les hommes sont plus sensibles à l’apnée du sommeil que les femmes. Près de 20% des hommes et 9% des femmes souffrent d’apnée du sommeil à un moment donné de leur vie. L’apnée modérée à sévère touche 9% des hommes et 4% des femmes. Deux pour cent des enfants sont également touchés par l’apnée du sommeil, principalement des nourrissons de moins d’un an.

Les experts attribuent l’augmentation des taux d’apnée du sommeil à l’amélioration des diagnostics et à l’augmentation des taux d’obésité. Au début des années 90, environ 3% de la population générale souffrait d’apnée du sommeil.

L’apnée du sommeil est plus fréquente chez les hommes d’âge moyen. Les hommes sont deux à trois fois plus susceptibles de développer une apnée que les femmes. Les hommes ont généralement une circonférence du cou plus grande et des voies aériennes pharyngées plus longues, ce qui les rend plus sensibles à l’apnée du sommeil.

L’incidence de l’apnée obstructive du sommeil augmente avec l’âge et culmine entre 40 et 60 ans. Après 60 ans, les taux d’apnée du sommeil commencent à diminuer.

Les femmes enceintes ont des taux d’apnée du sommeil plus élevés. Près de 80% des femmes enceintes présentent des symptômes d’apnée du sommeil à un moment donné de leur grossesse, généralement au cours du troisième trimestre. Cela semble être dû à une combinaison de vaisseaux sanguins élargis, de changements hormonaux et de prise de poids.

Les fumeurs sont trois fois plus susceptibles de développer une apnée que les non-fumeurs, car le tabagisme provoque une augmentation de l’inflammation des voies respiratoires supérieures et de la rétention d’eau. Le risque accru est réversible ; une fois qu’un fumeur cesse de fumer, son risque d’apnée du sommeil diminue.

Facteurs de risque

L’apnée obstructive du sommeil est souvent associée à un excès de poids. L’excès de poids corporel dilate les tissus mous de la gorge et de la bouche, qui se détendent pendant le sommeil et obstruent les voies respiratoires. Parce que l’apnée du sommeil est liée à l’obésité, les troubles qui augmentent le risque d’obésité, comme le syndrome métabolique et le diabète, sont associées à un risque accru. Les personnes qui ont une fente labiale et une fente palatine peuvent présenter des taux plus élevés de troubles respiratoires liés au sommeil, y compris l’apnée du sommeil.

Dans certains cas, l’apnée obstructive du sommeil existe sans obésité ni autre état de santé connexe. Il peut également y avoir une composante génétique.

Autres facteurs de risque

Le tour de cou

Pour les hommes ayant un tour de cou de 43 centimètres ou plus et pour les femmes ayant un tour de cou de 40 centimètres ou plus. Une augmentation du tissu autour du cou peut augmenter les événements obstructifs pendant le sommeil.

L’âge

L’apnée obstructive du sommeil est plus fréquente chez les personnes d’âge moyen (de 40 à 60 ans).

Le genre

Les hommes sont 2 à 3 fois plus susceptibles de développer une apnée du sommeil que les femmes ; ils ont généralement une plus grande circonférence du cou que les femmes.

Les antécédents familiaux et composantes anatomiques

Ceux qui ont un parent direct atteint risquent de souffrir d’apnée obstructive du sommeil. La structure anatomique joue également un rôle dans l’apnée du sommeil. Certaines personnes peuvent avoir de grosses amygdales ou une grande langue, ce qui crée un environnement propice à l’apnée du sommeil. D’autres facteurs anatomiques incluent le fait d’avoir un menton en retrait (rétrognathisme craniofacial), un septum dévié, des lèvres fendues ou des fentes palatines.

La grossesse

Les femmes enceintes, en particulier au troisième trimestre de leur grossesse, courent un risque plus élevé d’apnée du sommeil en raison d’un poids supplémentaire.

L’utilisation d’opioïdes

L’utilisation d’opioïdes peut avoir un impact important sur la présence d’apnée du sommeil. Bien qu’elle soit plus communément considérée comme un facteur de risque d’apnée centrale du sommeil, l’utilisation d’opioïdes peut également provoquer une apnée obstructive du sommeil en raison du relâchement des tissus mous de la gorge.

L’apnée du sommeil est fortement sous-diagnostiquée. Les personnes qui présentent des symptômes d’apnée obstructive du sommeil, comme une fatigue diurne excessive, des excitations nocturnes fréquentes accompagnées d’un étouffement ou d’un halètement, ou une prise de poids inexpliquée, devraient parler à un médecin de l’apnée du sommeil.

Diagnostic

Il existe deux types d’études du sommeil pour lesquelles une personne peut se soumettre à une collecte de données précises.

Test en laboratoire de nuit

La première est une étude sur le sommeil nocturne en laboratoire et fournit des informations détaillées au médecin du sommeil. Un polysomnogramme de nuit comprend un séjour dans une installation de sommeil pour une nuit où des techniciens spécialement formés appliquent de nombreuses électrodes à des fins de surveillance. Le technicien observe le patient tout au long de la nuit en portant une attention particulière à l’activité cérébrale, à la fréquence cardiaque, aux niveaux d’oxygène ainsi qu’aux événements respiratoires possibles tels que l’hypopnée ou l’apnée indiquant une apnée obstructive du sommeil.

De plus, le technicien du sommeil surveille tous les mouvements musculaires qui peuvent survenir et les ronflements. Les études de sommeil nocturne en laboratoire sont souvent utilisées chez les patients qui ont des antécédents médicaux plus complexes ou un diagnostic antérieur d’apnée du sommeil.

Test à domicile

Le deuxième type d’étude du sommeil est un test d’apnée du sommeil à domicile. Comme son nom l’indique, ce test peut être effectué au domicile du patient sans avoir besoin de passer la nuit dans un établissement de sommeil.

Pour les patients sans antécédents médicaux complexes et à haut risque d’apnée obstructive du sommeil, un test de sommeil à domicile peut être une option viable. Les études sur le sommeil à domicile ne sont pas aussi complètes qu’un test en laboratoire, mais peuvent fournir aux médecins du sommeil les données nécessaires pour un diagnostic correct de l’apnée obstructive du sommeil.

Après l’étude du sommeil, le médecin examine les informations et peut établir un diagnostic précis. L’ indice d’apnée-hypopnée a été développé comme un moyen de quantifier la gravité des troubles respiratoires du sommeil chez les patients.

Il est la somme du nombre d’apnées et d’hypopnées que le patient a connues en moyenne par heure pendant l’étude du sommeil. Un indice d’apnée-hypopnée inférieur à 5 est considéré comme étant dans les paramètres normaux. L’apnée du sommeil légère est classée par un indice allant de 5 à 15. L’apnée du sommeil modérée est dans un indice allant de 15-30 et l’apnée du sommeil sévère est un indice supérieur à 30. La valeur numérique indique combien de fois en moyenne le patient a connu une apnée ou une hypopnée ; un indice d’apnée-hypopnée de 17 signifie que le patient a eu des difficultés à respirer en moyenne 17 fois par heure.

Traitement

Le traitement le plus courant de l’apnée obstructive du sommeil est la pression positive continue des voies respiratoires, connue sous le nom de CPAP (Continuous Positive Airway Pressure). En thérapie CPAP, une machine de chevet génère un flux continu de pression d’air positive. La machine se connecte à un masque porté sur le visage pendant la nuit. La machine fournit une pression positive des voies respiratoires qui maintient les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil, réduisant ou éliminant les apnées pendant le sommeil.

Appareillage CPAP – Image de MyUpchar / CC BY-SA 4.0

Les masques sont disponibles dans une grande variété de styles et de tailles pour permettre une certaine personnalisation. Il existe des masques nasaux, des oreillers nasaux ainsi que des masques complets (un masque qui permet de respirer par le nez ou la bouche). Les machines sont équipées d’une chambre d’humidification pour permettre à l’air humidifié d’empêcher le séchage lors de l’utilisation de l’appareil.

Une alternative à la CPAP est la BiPAP (bi-level positive airway pressure), ou pression positive à deux niveaux. La BiPAP utilise deux pressions différentes plutôt qu’un seul flux continu de pression comme la CPAP. Pour certaines personnes, expirer contre une pression de consigne peut être difficile ou inconfortable, les machines BiLevel permettent aux utilisateurs de respirer contre une pression plus basse et d’inspirer avec une pression de consigne plus élevée. Les deux pressions agissent pour résoudre l’hypopnée et l’apnée et toutes les désaturations qui se produisent pendant le sommeil.

Les appareils dentaires sont une autre option pour certaines personnes souffrant d’apnée obstructive légère du sommeil ou pour celles souffrant de ronflements primaires. Les appareils dentaires sont adaptés à la personne et nécessitent un dentiste ou un orthodontiste spécialement formé. La plupart des appareils dentaires fonctionnent en aidant à mieux aligner la mâchoire inférieure afin d’aider à maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil. Ces dispositifs sont appelés dispositifs d’avancement mandibulaire et ressemblent beaucoup à un protège-dents standard. D’autres dispositifs fonctionnent pour attacher la langue afin de l’empêcher de provoquer une obstruction des voies respiratoires.

La chirurgie de l’apnée obstructive du sommeil est disponible et comprend une uvulopalatopharyngoplastie qui élimine les tissus mous de la gorge provoquant des obstructions pendant le sommeil.

La thérapie positionnelle comprend l’évitement du sommeil couché. Les suggestions incluent la couture d’une balle de tennis ou d’un bloc de mousse à l’arrière des vêtements de couchage pour empêcher une personne de se coucher sur le dos et de soutenir le couché pour réduire le ronflement et la respiration liée au sommeil.

La perte de poids est un traitement très efficace de l’apnée du sommeil et un avantage global pour la santé afin de réduire les risques de diabète, de maladies cardiovasculaires et d’autres troubles. Cependant, il est important que tout en travaillant pour perdre du poids, le traitement de l’apnée obstructive du sommeil se poursuive, qu’il s’agisse d’un appareil dentaire, CPAP ou BiPAP. Après une perte de poids importante, le besoin de traitement peut être réévalué, mais uniquement sous la direction d’un médecin du sommeil certifié ou d’un médecin de soins primaires ou d’un autre professionnel de la santé ayant une expérience de sommeil certifiée.

Les médicaments ne peuvent pas corriger les troubles respiratoires liés au sommeil, mais peuvent traiter certaines des causes sous-jacentes de l’apnée du sommeil, y compris les voies respiratoires rétrécies ou restreintes. La dompéridone (normalement utilisée pour supprimer les vomissements et les nausées) et les décongestionnants pseudoéphédrine ou phényléphrine peuvent aider à ouvrir les voies respiratoires pour réduire les symptômes de l’apnée du sommeil.

Le médicament acétazolamide est utilisé pour traiter le mal d’altitude, et la recherche suggère qu’il pourrait être bénéfique pour les personnes souffrant d’apnée du sommeil. Le médicament, vendu sous la marque Diamox, aide à augmenter les niveaux d’oxygène dans la circulation sanguine. Lorsque les gens montent au niveau alpin, ils ont parfois du mal à obtenir suffisamment d’oxygène. L’apnée du sommeil produit certains effets similaires, et les scientifiques suisses ont découvert que l’acétazolamide peut aider, bien que ce ne soit pas encore un traitement accepté.

La recherche montre que la mélatonine peut avoir des effets bénéfiques pour les personnes souffrant d’apnée du sommeil. La mélatonine peut aider à induire le sommeil et à réguler les habitudes de sommeil. Selon les recherches, il peut également aider à réduire le stress oxydatif dans le corps causé par l’apnée du sommeil.

Conseils de lecture