Le sommeil chez l’enfant

En veillant à ce que votre enfant ait un bon sommeil, vous vous assurez qu’il disposera des bases nécessaires au bon développement de son esprit et de son corps.

Le sommeil n’est pas moins important que la nourriture, les boissons ou la sécurité des enfants. Bien que cela puisse paraître évident, beaucoup d’entre nous ne permettent pas à nos enfants d’obtenir le sommeil critique dont ils ont besoin pour se développer et fonctionner correctement.

Ce n’est clairement pas quelque chose que nous faisons exprès. En réalité, souvent, nous n’y pensons pas vraiment, et c’est le problème. Les parents travaillent de longues heures, leurs horaires sont chargés entre l’école, les activités parascolaires et d’autres facteurs liés au mode de vie. Les siestes sont manquées, les heures de coucher sont repoussées, les matinées commencent plus tôt et les nuits sont souvent tout sauf paisibles. Manquer des siestes ou se coucher un peu tard peut ne pas sembler grave, mais pourtant ça l’est. Tout s’additionne, avec des conséquences qui peuvent durer toute une vie.

Pour comprendre la nature critique du sommeil pour la croissance et le développement de nos enfants, nous devons en savoir plus sur ce que fait le sommeil, sur ce qu’est un sommeil sain et sur ce qu’il se passe lorsque les enfants ne dorment pas suffisamment ou pas suffisamment bien. Nous devons également comprendre le rôle que joue le sommeil lorsqu’on est alerte ou somnolent, stressé ou détendu, et en quoi cela peut affecter le tempérament, l’apprentissage et le comportement social.

À partir des connaissances scientifiques les plus récentes sur le sommeil, les auteurs Marie-Josèphe Challamel et Marie Thirion, toutes deux pédiatres, répondent aux nombreuses questions des parents dans leur livre “Le Sommeil, le rêve et l’enfant” :

  • Comment l’aider à différencier le jour et la nuit ?
  • Faut-il se lever lorsqu’un enfant se réveille toutes les deux heures ?
  • Est-il nécessaire de rester avec lui lorsqu’il s’endort ?
  • Jusqu’à quel âge doit-il faire la sieste ?
  • Comment réagir face aux peurs du soir et aux cauchemars ?
  • Comment faire la part de la composante psychologique de ces troubles ?
  • Comment faire dormir un enfant qui ne veut pas ?
  • Quand consulter un médecin et que penser des médicaments ?
  • Comment aider un adolescent à retrouver un bon sommeil ?

Voir le prix du livre “Le Sommeil, le rêve et l’enfant” sur Amazon.

Les bases d’un sommeil sain

Un sommeil sain nécessite :

  • Une quantité suffisante de sommeil
  • Un sommeil ininterrompu et de bonne qualité
  • Un nombre approprié de siestes en fonction de l’âge
  • Un horaire de sommeil en phase avec les rythmes biologiques naturels de l’enfant (rythme circadien)

Si, avec le temps, l’un de ces éléments essentiels n’est pas optimal, des symptômes de privation de sommeil peuvent apparaître.

Eveil optimal : Un sommeil sain nous permet de fonctionner de façon optimale lorsque nous sommes éveillés, pour obtenir ce que nous appelons une vigilance optimale. Nous avons tous connu différents degrés d’éveil, allant du groggy en passant par l’alerte à l’hyper-alerte. Être en alerte optimale est l’état dans lequel nous sommes le plus réceptif et interactif avec notre environnement, lorsque nous avons la plus grande durée d’attention et que nous pouvons apprendre le plus. Vous pouvez le voir chez un enfant calme et attentif, agréable, les yeux écarquillés regardant autour de lui et absorbant tout, qui interagit socialement avec aisance. Les états de vigilance altérés interfèrent avec l’apprentissage et le comportement.

Durée du sommeil : Les enfants doivent disposer de suffisamment de sommeil pour grandir, se développer et fonctionner de manière optimale. Ce qui convient à votre enfant varie en fonction de son âge. N’oubliez pas que chaque enfant est unique et que des variations individuelles se produisent.

Qualité du sommeil : Un sommeil de qualité est un sommeil ininterrompu qui permet à votre enfant de traverser toutes les étapes de sommeil différentes et nécessaires. La qualité du sommeil, aussi importante que la quantité, joue un rôle essentiel dans le développement du système nerveux.

Les siestes : Elles jouent un rôle important dans le sommeil sain des enfants. Elles aident à optimiser la vigilance de votre enfant et ont un impact sur son apprentissage et son développement. Les siestes sont également très différentes du sommeil nocturne. Non seulement ce ne sont pas les mêmes types de sommeil, mais des siestes à différents moments de la journée remplissent des fonctions différentes. C’est l’une des raisons pour lesquelles le moment choisi pour la sieste est important et qu’il doit être synchronisé avec les rythmes biologiques naturels de votre enfant.

En synchronisation : nous nous réveillons; nous sommes alertes nous somnolons; nous dormons. Ce flux et reflux, les fluctuations de la vigilance, font toutes partie de nos rythmes biologiques quotidiens naturels.

Ces rythmes sont irréguliers au cours des premiers mois de la vie d’un enfant, mais deviennent progressivement plus réguliers et se développent avec la maturité. Lorsque le sommeil (des siestes et de la nuit) est synchronisé avec ces rythmes, il est plus efficace et plus réparateur. Lorsque vous n’êtes pas synchronisé, ce n’est pas le cas et cela peut perturber le reste du rythme ou du cycle, ce qui rend plus difficile l’endormissement ou le maintien du sommeil. Cela peut entraîner une fatigue et un stress chez votre enfant. Il est donc important de connaître le moment où votre enfant a besoin de dormir et d’ajuster son emploi du temps le mieux possible pour rester en phase avec le sien.

Conséquences des perturbations du sommeil

Les perturbations du sommeil, pour quelque raison que ce soit, ont des conséquences importantes et souvent graves.

Privation chronique de sommeil : Il est important de comprendre que les effets de la privation chronique de sommeil sont cumulatifs : la somnolence diurne augmente progressivement. Cela signifie que même de petits changements de sommeil auront au fil du temps des effets négatifs importants. De même, de petits changements permettant un peu plus de sommeil peuvent avoir des effets positifs similaires. Tout dépend du type et du degré du problème de sommeil.

Fatigue : Même un manque de sommeil apparemment mineur provoque la fatigue chez les enfants. Et pour un enfant, le simple fait de rester éveillé un certain temps est trop stimulant et fatigant, même si il n’est engagé dans aucune activité.

En particulier pendant la journée, avec ses amis et sa famille, il souhaite faire partie de l’action et sa réaction naturelle à la fatigue est donc de lutter contre celle-ci. C’est-à-dire qu’il essaie de rester éveillé et alerte. Cela entraîne la sécrétion d’hormones comme l’adrénaline, ce qui le pousse à devenir hyper alerte. Il est alors bien réveillé mais épuisé. L’irritabilité et la mauvaise humeur finissent par se manifester. Son attention diminue et il ne peut plus apprendre correctement. C’est pourquoi les enfants fatigués semblent souvent éveillés et hyperactifs. Vous êtes maintenant dans une situation où il est tellement excité qu’il ne peut pas s’endormir facilement.

Fait intéressant, cela provoque aussi souvent des réveils nocturnes. Alors, ne vous laissez pas berner par votre enfant apparemment bien réveillé et non fatigué et ne le mettez pas au lit plus tard. Le mettre au lit plus tôt est en fait le remède. Parfois, même 15 à 20 minutes plus tôt peuvent avoir un impact significatif et suffire. Vous pourriez également être surpris de constater qu’un enfant bien reposé est plus facile à mettre au lit.

Observations

Voici quelques observations tirées de diverses études illustrant certaines des difficultés rencontrées et des changements de comportement chez les enfants ayant des problèmes de sommeil :

  • Les enfants ne dépassent pas les problèmes de sommeil; les problèmes doivent être résolus.
  • Les enfants qui dorment plus longtemps pendant la journée ont une capacité d’attention plus longue.
  • Les bébés qui dorment moins la journée semblent plus agités et socialement plus exigeants, et ils sont moins capables de se divertir ou de s’amuser.
  • Les tout-petits qui dorment plus sont plus amusants, plus sociables et moins exigeants. Les enfants qui dorment moins peuvent se comporter un peu comme des enfants hyperactifs.
  • Les déficits de sommeil légers mais constants au fil du temps ont tendance à avoir des effets croissants et peut-être à long terme sur la fonction cérébrale.
  • Les enfants ayant un QI élevé dormiraient plus longtemps.
  • Pour les enfants TDAH , les améliorations du sommeil ont considérablement amélioré les relations avec les pairs et les performances en classe.
  • Un sommeil sain influe positivement sur le développement neurologique et semble être le bon médicament pour prévenir de nombreux problèmes d’apprentissage et de comportement.

Ce que les parents peuvent faire

En tant que parents, il est de notre devoir d’être attentifs et de protéger le sommeil de nos enfants, tout comme nous veillons à leur sécurité, à ce qu’ils prennent régulièrement leur petit-déjeuner, leur déjeuner et leur dîner. Nous sommes principalement responsables de leurs habitudes de sommeil. Il est beaucoup plus facile d’installer de bonnes habitudes que de corriger les mauvaises.

En insistant sur l’importance du sommeil en y accordant une attention quotidienne, vous aurez probablement un enfant plus heureux, plus sûr de lui, moins exigeant et plus sociable. Et il se pourrait bien que vous dormiez mieux vous-même.

Conseils de lecture

Ces articles pourraient également vous intéresser :